Historique

Plus de 70 ans de mobilisation en faveur de la reconversion des personnes en situation de handicap

ERP Metz bobineur années 50

1944-2017 

Fédération des établissements de reconversion professionnelle et de leurs organismes gestionnaires, la Fagerh a été fondée le 18 décembre 1944 sous la forme d’association loi 1901. La Fagerh est née de la volonté d’associations qui souhaitaient, dans cette sombre période de chaos, unir leurs efforts pour faire évoluer la législation en faveur des personnes handicapées et réfléchir ensemble aux dispositifs de reclassement les plus efficients.

ERP Metz atelier mecanique mecanographique années 50

La création de la sécurité sociale en 1945 permet de financer, en réponse à des besoins manifestes, le développement de nombreux établissements médicaux sociaux, dans un cadre public ou associatif. Les initiatives et les structures se multiplient sur tout le territoire. Certaines ont pour missions l’orientation, la formation et l’accompagnement des travailleurs handicapés dans le monde du travail

Des missions plus que jamais d’actualité

Désormais, les publics majoritairement accueillis dans les établissements ne sont plus des anciens combattants, des personnes atteintes de la tuberculose ou de la poliomyélite. Pour autant, les travailleurs éloignés de l’emploi pour des raisons de santé restent très nombreux : en France, chaque année, près de 400 000 personnes obtiennent le statut de travailleur handicapé par les MDPH.

Depuis leur création, les établissements se sont adaptés pour répondre aux évolutions des besoins, des métiers et des formations. Pour accompagner les travailleurs en situation de handicap vers une intégration professionnelle et sociale durable, les centres de reconversion multiplient les initiatives innovantes : évolution des formations, accompagnement médico-psycho-social, parcours individualisé,  mise en place de partenariats étroits avec les entreprises…

Stagiaires du Cos de Nanteau

Cette dynamique permet aux établissements d’afficher un excellent taux d’insertion dans l’emploi à la fin du cursus. Ainsi, 62% des stagiaires trouvent un emploi dans l’année suivant leur sortie de l’établissement.

Quel avenir pour ces dispositifs performants trop méconnus ?

Depuis des dizaines d’années, les centres de reconversion ont fait la preuve de leur efficacité et de leur plus-value sociale et économique. Selon une étude réalisée par KPMG pour l’Ugecam, les centres de reconversion sont les plus efficaces pour favoriser l’insertion professionnelle des travailleurs handicapés. Leur performance est telle que, malgré les durées de formations plus longues et un accompagnement soutenu, ces structures sont les plus économiques pour la collectivité. En moyenne, un stagiaire ayant retrouvé un travail aura amorti le coût de sa formation après seulement 26 mois d’activité salariée contre 53 mois pour les stagiaires formés par ailleurs. Même (et surtout !) en période de crise et de restructuration budgétaire, les centres de reconversion représentent des dispositifs d’avenir. 
Après 70 ans de mobilisation, les missions de la Fagerh (coordonner les actions, encourager les échanges et les rencontres, représenter les centres de reconversion auprès des pouvoirs publics, améliorer l’orientation des travailleurs handicapés vers la formation professionnelle la plus adaptée et à favoriser leur parcours vers un emploi durable) restent d’actualité.

Repères chronologiques de la création de la Fagerh

  • 1918 : la première guerre mondiale laisse de nombreux invalides. Pour permettre aux mutilés de guerre d’apprendre un métier compatible avec leur handicap et accéder à un travail, des centres de reconversion sont créés dans toute la France. Progressivement, ces établissements s’ouvriront à d’autres publics : accidentés du travail, femmes…
  • 18 décembre 1944 : création de la Fagerh. La première présidente fut Suzanne Fouché, la fondatrice de LADAPT.
  • Octobre 1945 : création de la sécurité sociale. Ce changement social majeur marquant le passage de la charité à la solidarité donnera les moyens de développer et financer les établissements médicaux-sociaux de rééducation professionnelle. 

Diaporama de photos d'archives