Foire aux questions

L’entrée en CRP (Centre de réadaptation professionnelle) n’est pas liée à la durée d’exercice professionnel antérieur ni à l’âge. Vous devez toutefois avoir au moins 16 ans et ne plus relever de l’obligation scolaire. Si vous n’avez jamais travaillé, votre rémunération correspondra au minimum garanti,  soit 644€. Il faut s’adresser à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de votre lieu de résidence qui seule peut décider de l’orientation en CRP.

Dans ce cas, il peut être utile de demander à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) un stage d’aide à l’élaboration de projet professionnel comme par exemple un stage de pré-orientation. Au cours de ce stage, vous pourrez évaluer vos aptitudes, vos capacités et les limites liées au handicap. Vous aurez l’occasion d’explorer les différents métiers possibles et de faire un stage d’observation en entreprise qui vous permettra de mieux appréhender les réalités du métier envisagé.

Vous pouvez demander une RQTH (Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé) et une orientation en CRP (Centre de Réadaptation Professionnelle). Ces centres proposent des formations de reconversion et des stages d’élaboration de projet si vous avez besoin de repérer les métiers compatibles avec votre état de santé et vos aspirations. L’entrée en CRP n’est pas automatique après une inaptitude au poste. Elle est liée au besoin d’accompagnement pendant la reconversion. Pour plus d’informations, vous pouvez vous adresser à la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de votre domicile.

Il n’y a actuellement pas de règle fixée concernant l’âge limite d’entrée en CRP (Centre de réadaptation professionnelle). La MDPH décide de l’orientation en fonction du projet de la personne et de l’utilité d’un accompagnement spécifique.  Il faut savoir qu’un accompagnement en CRP ne se résume pas à une formation qualifiante. Il existe aussi des stages d’élaboration de projet professionnel ou encore des actions de réentrainement au travail dont l’objectif, à travers un parcours individualisé, est le retour à l’emploi.

Pour accéder à un stage de pré-orientation ou de formation en CRP (Centre de Réadaptation Professionnelle), il faut une décision de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées). Si vous êtes en poste, il y aura une suspension de votre contrat de travail pendant la durée de ce stage. En aucun cas, le licenciement n’est un préalable à l’entrée en CRP. Cette possibilité de suspension est d’ailleurs explicitement prévue par la loi de 2005. Pendant la suspension du contrat, vous ne serez plus rémunéré par l’entreprise, vous aurez le statut de stagiaire de la formation professionnelle qui vous assurera une rémunération propre (plus d'informations sur la rémunération).

Il faut déposer une demande auprès de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de votre domicile en précisant ce qui vous intéresse et le nom des centres dans lesquels vous souhaiteriez faire cette formation. N’hésitez pas à contacter directement l’établissement qui dispense la formation qui vous intéresse pour plus d’informations. Une visite de pré-accueil du CRP (Centre de réadaptation professionnelle) et un entretien individuel sont possibles sur rendez-vous, avant ou après l'obtention de la décision de la CDAPH. Ainsi vous en saurez plus sur le contenu de la formation, les métiers auxquels elle permet d’accéder et l’accompagnement proposé.

Les formations proposées dans les CRP (Centres de réadaptation professionnelle) sont ouvertes à toute personne ayant besoin d’une formation de reconversion dans un métier compatible avec son état de santé, qu’elle soit originaire de l’une des trois fonctions publiques (Etat, territoriale, hospitalière) ou du secteur privé. Pour y accéder, il faut une décision de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de son domicile. La formation est gratuite. Concernant la rémunération, si vous êtes fonctionnaire, en principe le salaire doit être maintenu par l’employeur public. Il peut, le cas échéant, bénéficier d’une prise en charge partielle par le FIPHFP (Fonds d’Insertion pour les Personnes Handicapées dans la Fonction Publique)